Accueil
Home > Choisir le bon mode de financement

Choisir le bon mode de financement

Déterminer le mode de financement d’un investissement patrimonial est certes une affaire de coût, mais pas seulement. La totalité du projet doit être budgétée, pour ne pas s’exposer à de mauvaises surprises. Vient ensuite le moment de déterminer la part d’autofinancement et celle provenant de prêt(s). La durée du prêt sera ensuite calculée pour que les échéances de prêt soient adaptées à la capacité de remboursement. L’investisseur déterminera ensuite le mode de remboursement du capital (classique ou in-fine) et de calcul des intérêts (fixes, variables, révisables). Il examinera les garanties demandées pour le prêt, et ce n’est qu’après avoir pris en compte l’ensemble de ses éléments qu’il  pourra comparer les taux effectifs globaux des différentes propositions qui lui seront faites.

  • Etape 1 : estimer le budget global

    Il est dangereux de se lancer dans un projet immobilier si on n’en a pas estimé tous les paramètres.

    • Le coût d’acquisition : 
      – les émoluments du Notaire et les frais d’acquisition
      – les impôts et les taxes c’est-à-dire les droits de mutation, taxe de publicité foncière, salaire du conservateur des hypothèques, TVA, etc.
      – les frais d’emprunt et de garantie (hypothèque ou caution)
      – le cas échéant, la commission de l’agence immobilière ou les honoraires de
      négociation immobilière
    • Les travaux éventuels et les frais annexes : achat d’équipement, frais de déménagement, etc.
    • La rentabilité future, en cas de mise en location

  • Etape 2 : les modes de financement envisageables

    Autofinancer diminue le coût d’une opération en limitant la charge d’intérêt, mais augmente le risque en privant l’investisseur d’une part de son épargne.

    Plusieurs modes de financement sont possibles :

    • Le prêt peut être amortissable, ou à remboursement in fine.
    • Le taux peut être fixe ou variable. 

    Des différés de remboursement de capital, voire d’intérêts, peuvent être envisagées lorsque des travaux retardent la prise de possession des lieux ou la mise en location. Enfin, il est parfois nécessaire d’harmoniser plusieurs prêts (crédit classique et prêt épargne logement, prêt acquisition et prêt travaux,…).

    Contactez votre Conseiller pour établir un plan de financement et définir les modalités du prêt recherché.

    Avec vous :

    • Il évaluera le besoin de financement en fonction notamment du montant de l’apport possible et de l’épargne que vous souhaitez conserver.
    • Il vérifiera s’il est opportun ou non de recourir à un prêt à remboursement in-fine.  Il estimera votre capacité de remboursement en fonction de votre situation financière personnelle et de vos anticipations de revenus.
    • Il calculera le montant et la durée du prêt possibles. Il évaluera le coût des garanties (assurance de prêt, privilège de prêteur de deniers ou hypothèque, caution mutuelle) et vous expliquera les différents taux possibles. 
    • Il effectuera différentes simulations en fonction de votre projet.

  • Etape 3 : sélectionner le prêt qui vous convient

    Le coût d’un prêt ne peut pas se résumer à son taux.

    Choisissez votre prêt immobilier en comparant non seulement le Taux Effectif Global (c’est-à-dire son coût global), mais aussi ses modalités (durée et montant des échéances, délai de mise en place, mode de décaissement, souplesse de remboursement, qualité des assurances) et ses impacts fiscaux (volume des intérêts à déduire).